Les plus de la phyto-cosmétique

Tous les jours, les publicités sur les cosmétiques n’évoquent que douceur, beauté et raffinement.
Elles oublient volontairement de montrer l’envers du décor : ingrédients chimiques peu recommandables et souvent agressifs pour la peau, parfums artificiels pour masquer la puanteur du produit, tests sur animaux et bien d’autres… (voir site http://www.penntybio.com/cosm/guide-cosmetox.pdf ).

Pourquoi tolérer une telle hypocrisie et ne pas préférer des alternatives naturelles, meilleures pour votre santé et votre portefeuille !

De plus mes conseils de praticienne en naturopathie, nous permettrons de sélectionner vos produits cosmétiques, d’agir de façon individuelle sur votre santé et votre bien-être en alliant les bienfaits des ingrédients.

Car, malgré l’attention quotidienne que nous portons à nourrir notre corps de l’intérieur, avec des aliments frais, de qualité bio, la plupart d’entre nous se contentent de produits industrialisés, synthétiques et chimiques pour entretenir leur corps de l’extérieur.

Devenez des consommateurs avertis, capables de se renseigner sur le contenu des produits cosmétiques car les laboratoires sont obligés depuis 1998 d’afficher la liste des ingrédients de tout produit sur leur emballage.

Mais mis à part certains composants choisis pour mettre en valeur le produit ou améliorer son image de marque, notamment des extraits de plantes, généralement présents en faible quantité (moins de 1 % !), le reste de la liste est incompréhensible, sauf pour les personnes qui possèdent des connaissances élargies dans le domaine de la cosmétique.

Comment faire la différence entre les produits phyto-cosmétiques d’origine biologique controlée et les autres produits dits « naturels » ?

Conseil lecture : excellente et incontournable bible sur les réalités de la cosmétique actuelle.

Même s’ils sont fabriqués à partir d’une même recette au départ, les différences entre un produit réellement naturel d’origine biologique et la plupart des autres produits issus des laboratoires cosmétologiques ou pharmaceutiques sont énormes. Prenons d’abord le premier ingrédient : l’eau (sur l’étiquette, elle est transcrite « aqua »).
Un produit de qualité bio contiendra au moins une eau de source, sinon une eau florale, un hydrolat, un extrait hydro-glycolique de plantes, etc… Mais la grande majorité de produits naturels contiennent une eau stérilisée bactériologiquement saine, mais sans vie.

Souvent le deuxième ingrédient après l’eau sera la glycérine ou le glycérol, un agent hydratant.
Il est le plus souvent dérivé des graisses animales et de l’huile minérale, donc un sous-produit de l’abattoir et de l’industrie pétrochimique…
Plus rarement, il est issu des huiles végétales, et seule la glycérine végétale devrait être incorporée dans des produits de qualité biologique.

Pour finir, la phase huileuse : il faut à la base une huile ou un beurre végétal de qualité, telles les huiles d’Amande douce, de Jojoba, d’Avocat, etc…, de préférence vierges et résultant d’une première pression à froid (qui apporte des éléments nutritifs) ou des beurres de Cacao, de Karité, de Noix de coco.
Mais en lisant les étiquettes de la plupart des produits de soin, l’ingrédient suivant après « aqua » et « glycérine » risque d’être « paraffinium liquidum » ou « cocos nucifera » ou encore « capric-caprylic-triglycérides ».

Le premier est une huile minérale, un vulgaire sous-produit de l’industrie pétrochimique, qui, loin d’apporter vitalité et soin à la peau, ne fait que boucher les pores et peut créer des irritations cutanées (y compris l’acné). Il empêche la peau de respirer et en plus il figure sur la liste de la FDA (Food and Drug Administration américaine) des produits suspectés d’être cancérigènes !

La majorité des fabricants se contentent de conservateurs chimiques de synthèse, plus ou moins allergisants, plus ou moins toxiques…

Si le sujet vous intéresse et que vous souhaitez passer le pas du consommateur au créateur de cosmétique, une série de livres vous est conseillée. Bonne lecture !